Contact - informations : 06 81 28 55 39                           Country Western Altitude

1er Festival Country Western Altitude

Le Festival Country Western de Saint-Jean Montclar
Country Music... Altitude !
(Vous écoutez actuellement Amarillo By Morning par Guy Moraly... soyez patients pendant le chargement...)


Toute l'émotion de Daniel Cahuzac. Before the last teardrop falls...

C’était un coup d’essai. Ce fut un coup de maître. Le 1er Festival Country Western de Saint-Jean Montclar, petite station de montagne entre Gap et Bercelonnette, a été un véritable succès. A l’origine de cette belle réussite, un homme rare, Daniel Cahuzac. Et son épouse, Rosemonde. Résidents de Saint-Jean Montclar depuis près de 30 ans, passionnés de country music et de western, ils ont su convaincre la municipalité – et son très dynamique maire – que ce site exceptionnel, qui n’a rien à envier au Montana ou au Wyoming, se devait d’avoir son festival country le plus haut d’Europe : une country music… altitude somme toute…


Rosemonde Cahuzac. Chapeau Madame !

Pendant deux jours, les 7 et 8 juillet, à 1300 mètres d’altitude, au flanc de la Dormillouse ("la marmotte" en patois local) qui culmine à 2500 mètres, des centaines d’amateurs et de connaisseurs et autant de néophytes (qui se sont fait une seule promesse : nous reviendrons l’an prochain) ont communié dans un même bonheur. Aidés en cela, il faut bien le dire, par l’équipe du village qui n’a ménagé ni sa peine ni sa bonne humeur.


Daniel, entre enthousiasme et émotion


Anthony et sa Telecaster

 

Tout a commencé, le samedi matin, par la Prière du cowboy dite par Daniel Cahuzac qui a eu du mal à aller jusqu’au bout, emporté qu’il était par l’émotion. Vous voulez qu’on vous dise ? Un homme de sa trempe qui craque en disant la Prière du cowboy restera notre ami à vie. Suivait une messe en plein air célébrée par un prêtre qui a tout compris : « Vous pouvez garder vos Stetsons, il fait vraiment très chaud. » Et un sermon de circonstance : « La vie, c’est comme un rodéo, on tombe mais il faut se relever et remonter en selle. » A la fin de l’office, la bénédiction des cowboys et des troupeaux a donné à ce festival des alpages une touche toute particulière et, il faut bien le dire, unique.


Les Coach Men en action

Et côté musique ? Deux groupes. Celui de Daniel Cahuzac, harmoniciste de talent, les Coach Men. Avec ses sidemen : Guy (guitare et chant), Patrick (basse), Anthony (guitare) et Thierry (batterie). Et celui des Country Riders. Deux styles différents, des répertoires qui le sont aussi, mais un même respect de la real thing et une large propension à se donner tout entier. Le public ne s’y est pas trompé qui leur a fait un triomphe.


Les Country Riders à la manoeuvre

Tout cela n’est pas allé, bien sûr, sans de la danse – de la country dance sur de la country music – sur le grand parquet de la place centrale, des cours découvertes de line dance, des spectacles d’équitation, des jeux américains, des animations non-stop, de la bière fraîche et des filles chaudes.


La conf' de CMA : une grande salle finalement trop petite...


Une invitée surprise : Denise pour un Jambalaya endiablé


Reportage photos :

Sabine Benichou


 


Le symbole du festival : une marmotte très enracinée

Dimanche, la conférence ludique assurée, vous vous en doutez, par Country Music Attitude a fait le plein. Au point qu’il a fallu rajouter des chaises et encore des chaises dans une salle des fêtes à faire pâlir d’envie bien des grandes villes. Deux heures pour découvrir l’histoire de la musique et de la danse country. Avec, au final, ce formidable compliment des membres d’un club de country line dancers : « Merci, grâce à vous nous avons appris à ne pas danser idiots… »


Daniel et les danseurs country

Il faudrait bien des pages – mais les photos vous le disent en partie – pour décrire la magie de ces deux journées où tout, beauté du lieu, gentillesse des organisateurs, talent des musiciens, enthousiasme du public, soleil façon Sun Studio, a concouru à inscrire ce festival, premier du nom, dans les cœurs. Ce qui est bien. Mais aussi, nous en sommes sûrs, dans la durée. Ce qui est mieux. Dimanche soir, impossible de mettre le mot « fin » à l’événement, le public refusant tout simplement que se termine le rêve. Une heure… Et une heure encore… Jusqu’au moment où, réunis sur la piste autour des Coach Men, des centaines d’aficionados ont quand même fini par céder à la fatigue…


Patrick : pas doucement la basse !


Le sentiment du devoir accompli.
Play it again, Sam !

 

Sur la terrasse du Galisson, face à un paysage grandiose, nous avons décompressé. Comme si, nous aussi, nous aurions voulu que ça ne s’arrête jamais. La tête dans les étoiles et le cœur toujours On the road again. Alors, nous vous le disons tout simplement : inscrivez dès à présent le Festival Country Western d’Altitude de Saint-Jean Montclar sur vos tablettes. Mais nous savons que les participants de ce premier rendez-vous et qui peuvent dire : « J’y étais », sont d’ores et déjà les meilleurs ambassadeurs de ce coin de paradis béni par l’Amazing Grace.

Country Music Attitude


Deux cavaliers au Wyoming ? Non, à Saint-Jean Montclar...


La messe et la Prière du cowboy


Bénédiction des chevaux et des troupeaux


Stetsons... of the Pioneers...


Guy Moraly à la grat'


Blow, man, blow !

Retour

Tous droits réservés - Country Music Attitude 2003