Contact - informations : 06 81 28 55 39                           Country Western Altitude

Country Music ...Altitude

Country Music… Altitude
Festival de St-Jean Montclar :
toujours plus haut !
(Vous écoutez actuellement Keep Country Country par Alan Nash... soyez patients pendant le chargement...)

St-Jean Montclar, situé à quelques kilomètres de Barcelonnette, est une petite station de montagne à 1350 m d’altitude, surmontée de la Dormillouse qui culmine à 2500 m. La Dormillouse (« la dormeuse »), en patois local, cela veut dire « la marmotte », charmant petit animal adopté comme mascotte d’un festival country-western d’altitude qui, les 5 et 6 juillet derniers, en était à sa seconde édition. Un rendez-vous qui, lentement mais sûrement, prend sa vitesse de croisière. Pour tout dire : la Dormillouse n’a guère eu l’occasion de somnoler pendant deux jours…


Daniel et Rosemonde à la manoeuvre

Ce festival, country et western (et ce et western est important), est né du souhait de Daniel Cahuzac qui a su convaincre le maire, le comité des fêtes et une équipe de bénévoles admirables de gentillesse et d’efficacité, de faire le pari d’ouvrir le village à la plus belle musique – en est-il d’autres d’ailleurs… – du monde. Pari gagné : le public, des connaisseurs et des néophytes vite convertis, était au rendez-vous.


Marianic et les Rockie Mountains


Si vous devez boire de l'eau, buvez country !


Un vrai festival d'altitude

 

Le festival country-western de St-Jean Montclar a tout, en plus de paysages à couper le souffle, pour séduire : des concerts, une messe country, la bénédiction des troupeaux, des spectacles équestres, de la danse country (et exclusivement country bien sûr !), des stands sympathiques, un marché provençal et, the last but not the least, une conférence ludique sur l’histoire de la musique et de la danse country assurée par Country Music Attitude.



Tout a commencé, samedi matin, par une messe country très émouvante célébrée par un prêtre fan de la Louisiane et coiffé d’un magnifique Stetson : « C’est un vrai, dit-il, et moi aussi, je suis un vrai de vrai ! » Daniel, Guy et Anthony, du groupe Coachmen en ont assuré l’accompagnement musical, interprétant notamment un Amazing Grace qui nous a amené le cœur au bord des yeux.


Alan Nash et les Country Riders

Et ensuite ? De la danse d’abord avec un club country de Gap vite rejoint par des danseurs de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Et puis un premier concert avec Alan Nash et les Country Riders. Nous ne connaissions Alan Nash que par son album, Six-Fours’ A Little Too Far From Texas, enregistré à Floresville, Texas. Le voir sur scène, en live, a été un bonheur supplémentaire. Avec des titres comme Get Movin Go Country ou Keep Country Country, inutile de vous dire que ce chanteur, qui écrit et compose ses chansons, est 100 % honky tonk. Mais nous aurons l’occasion de vous en dire plus, et surtout tout le bien que nous pensons de lui, dans un prochain numéro de Country Music Attitude.


La messe country

Le temps d’un spectacle équestre spectaculaire, de quelques danses, d’un repas (western bien sûr) et c’était déjà le soir avec, comme premier groupe au programme, les Rockie Mountains de notre ami Alain Canovas. Cela fait longtemps que nous suivons la progression des Rockie Mountains avec, notamment, l’apport incomparable de leur chanteuse, Marianic, qui a ce fameux twang qui fait toute la différence. Ils ont encore pris de l’assurance, une belle présence en scène, une fièvre country qui fait plaisir à voir. En un mot, disons qu’ils ont encore grandi d’un cran.

 


La mascotte du festival

Pour suivre, un autre groupe de qualité, Freighliner, composé d’excellents musiciens à qui rien de ce qui est country n’est étranger. Ils nous ont emmenés au cœur de la nuit, alternant morceaux traditionnels et standards avec un professionnalisme impeccable. A mettre sur vos tablettes !

Dimanche, nous avions tous de petits yeux. Ce qui n’a pas empêché la conférence de Country Music Attitude de faire le point. Bonheur, là encore, de retrouver au milieu de nouvelles têtes un grand nombre de connaissances qui sont devenues des amis.


Les enfants connaissent la musique

A peine le temps de se restaurer, de se dérouiller las gambettes et c’était au tour des Coachmen, un groupe de la région parisienne dirigé par Daniel Cahuzac, de s’y coller. Un groupe de la région parisienne, avons-nous dit, mais comme ils étaient déjà là pour la première édition du festival, ils sont devenus en quelque sorte les régionaux de l’étape. Les Coachmen, à savoir les « conducteurs de diligence », c’est Daniel, harmoniciste talentueux, Guy à la guitare, au banjo et au chant, Patrick à la basse, Anthony à la guitare, Stéphane à la batterie. Et au chant, une jeune Américaine originaire de Las Vegas, Michelle. Leur répertoire, d’Amarillo By Morning à Bank Of The Ohio en passant par Jambalaya et une Bamba d’enfer (sur laquelle on a dansé une cucaracha tout aussi endiablée), a fait l’unanimité.


Les Coachmen en action


La conférence de Country Music Attitude

 

Mais on les laissés souffler, le temps d’un nouveau spectacle équestre de la Cowboy’s League qui a commencé par la Prière du Cowboy. Entre temps, deux adeptes de parapente, déployant de grands drapeaux français et américain, avaient atterri sur la prairie au pied de la Dormillouse.
En fin d’après-midi, les Coachmen ont assuré le final. Avec une belle surprise : une chanson originale qui, si tout se passe bien, pourrait devenir l’hymne officiel du festival de St-Jean Montclar. Et ce n’est pas la petite pluie rafraîchissante, en montagne le temps change vite, qui a pu doucher l’enthousiasme des danseurs !


Michelle, la chanteuse des Coachmen


Ce festival a, répétons-le, tout pour s’inscrire dans la durée. A commencer par un Comité des fêtes – et ses bénévoles, dont Jean-Marie, photographe hors pair – qui joue le jeu à fond.
Comme il n’est pas de bonne compagnie qui ne se quitte, il a bien fallu mettre le mot « fin », mais « à suivre » serait plus juste, à la fête. Doucement, la petite station a retrouvé sa sérénité et la Dormillouse son sommeil plusieurs fois millénaire.

L’an dernier, nous vous disions qu’on reparlerait de ce festival d’altitude qui a encore pris de la hauteur. Nous ne nous étions pas trompés. Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire l’an prochain : trouver le chemin des cimes et découvrir – l’essayer c’est l’adopter – ce rendez-vous toujours plus chaud, toujours plus beau, et surtout, toujours plus haut.

A.S.


Deux old-timers qui ont trouvé le chemin du festival

Retour

Tous droits réservés - Country Music Attitude 2003